Opinion: la Bundesliga allemande bénéficiera d’un playoff

Opinion: la Bundesliga allemande bénéficiera d’un playoff

Spread the love

Le PDG du Bayern Munich, Oliver Kahn, a fait des vagues en février en signalant son ouverture à la perspective d’un match éliminatoire de la Bundesliga. Avec le Rekordmeister allemand maintenant à dix titres sur le spin, les spéculations sur la forme de l’avenir de la ligue ne feront que continuer. Plongeons une fois de plus.

Les mérites

La Bundesliga est, en fin de compte, un produit : vendu autant aux fans qu’aux sponsors et diffuseurs. Une domination pérenne renforcée par des avantages structurels – même s’ils sont gagnés – peut la dégrader.

Les séries éliminatoires rendent la télévision convaincante. Bon nombre des plus grands produits sportifs au monde se résument à une inclinaison décisive du championnat. Ce sont les moments indélébiles tissés dans la légende, que ce soit David terrassant Goliath ou l’illustre – mais, mot clé : rare — trois tours. Les jeux supplémentaires eux-mêmes augmenteraient les revenus.

En fait, les ligues de haut niveau en Europe comptent déjà sur les séries éliminatoires pour insuffler de la vivacité et du renouveau à leur produit, bien qu’indirectement, par le biais de spots promotionnels. Cela aide à créer une distribution d’équipes plus diversifiée; que le meilleur reste.

C’est une solution créative et sensible, surtout face au déséquilibre des ressources.

Au final, qu’est-ce qui a le plus de valeur ? Une longue séquence interminable ou un statut d’élite constant pour quiconque peut le maintenir dans une ligue de premier ordre âprement disputée?

Les alternatives

La voie actuelle la plus probable vers un remaniement de la Bundesliga implique que le Bayern tombe simplement à plat ventre. Mais l’autodestruction des meilleurs blesserait plutôt que d’améliorer la ligue, ou l’une de ses autres équipes.

Une autre équipe puisant dans une rare génération dorée? Sourate ; la dernière fois que cela s’est produit, cela s’est avéré terriblement éphémère. Nous pourrions être – nous avons été – en attente très longtemps.

50+1 ? Bien plus un marteau de forgeron pour la culture qu’une éliminatoire ! Et l’EPL serait toujours l’EPL. Vous ne pouvez vendre votre âme que pour découvrir qu’il y en a d’autres qui peuvent le faire mieux.

Pour faire avancer les objectifs de la ligue, il faut de l’initiative, de l’intention et de l’intervention. Bien sûr, ne rien faire est une intention en soi.

A quoi cela pourrait-il ressembler ?

Voici une idée : une éliminatoire parmi les six premiers avec deux laissez-passer convoités, ce qui signifie au maximum trois matchs supplémentaires – pour une ligue avec quatre jours de match de moins que ses concurrents. Cette année, ça aurait ressemblé à ça :

Classement : 4 - RB Leipzig vs 5 - Union Berlin, vainqueur face à 1 - Bayern Munich ;  3 - Bayer Leverkusen vs 6 SC Freiburg, vainqueur face au 2 - Borussia Dortmund

Un tableau des éliminatoires de la Bundesliga 2022
généré par challenge.com

Que diriez-vous d’une éventuelle course de Cendrillon pour Union? Ou Nico Schlotterbeck cimentant sa légende à Fribourg, gardant peut-être cet équipage ensemble. Un effondrement du Bayern qui se traduit par une enquête en bonne et due forme sur les problèmes de ses journaux de marche annuels et inexorables. Au vainqueur le butin.

Ce serait la télévision incontournable, et pas seulement pour les marchés des équipes individuelles.

Au moins au début, le Bayern serait fort. Toutes les séquences qu’il peut réaliser seraient d’autant plus impressionnantes. Mais il y aura la possibilité pour d’autres équipes de devenir chaudes au bon moment, de faire une belle petite course – et de se lancer vers de plus grandes gloires. Avec le temps, cela élèverait le niveau de chacun.

Une ligue forte servira toujours habilement celui qui est au sommet. Le premier prix, cependant, doit être à la fois raisonnablement accessible et gagné de façon spectaculaire.

Cela pourrait-il vraiment arriver ?

Ne comptez pas !

Il n’a jamais été censé y avoir un match de championnat de football universitaire américain, encore moins les séries éliminatoires qu’ils ont maintenant. Il n’a jamais été censé y avoir de Super League… mais les meilleurs clubs ont essayé et essaieront probablement à nouveau.

À quoi ressemblera le monde du football dans cinq, dix, quinze ans ? La tectonique se déplace constamment sous nous. Les temps changent toujours; les autres ligues ne resteront pas immobiles non plus. Chacun voudra être proactif.

L’avenir du jeu lui-même n’est peut-être pas en jeu, mais la viabilité des tendances actuelles, des frais exorbitants aux clubs soutenus par des milliardaires, est moins assurée. Quoi qu’il arrive, la fortune du Bayern et celle de sa ligue nationale seront inextricablement liées.

séries éliminatoires ? Peut être pas. Mais c’est une possibilité amusante. Voyons ce que l’avenir nous réserve.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *