Les clubs de la FKF Premier League rejettent désormais à l’unanimité la ligue non sanctionnée

Les clubs de la FKF Premier League rejettent désormais à l’unanimité la ligue non sanctionnée

Spread the love

Une section du PDG des clubs KPL lors d’un point de presse dans un hôtel de Nairobi le 21 septembre 2022. (Kelly Ayodi, Standard)

Le comité de transition de la Fédération de football du Kenya a subi un coup dur après que les clubs de la Premier League kenyane ont convenu à l’unanimité hier qu’ils ne participeraient qu’à une ligue sanctionnée par la Fifa.

Cela survient à peine trois jours après que le Comité de transition a reporté pour la troisième fois le coup d’envoi de la saison 2022/2023 de ce samedi au 1er octobre.

La ligue devait initialement commencer le 27 août avant d’être repoussée au 10 septembre. Le comité l’a ensuite reportée au 24 septembre en citant la communication en cours sur le Kenya. Des sports Jeux de l’organisation (KECOSO) dans le comté de Kericho.

“Veuillez noter qu’en raison des prochains matchs du KECOSO auxquels plusieurs clubs de la FKF Premier League doivent participer, le début de la saison 2022-23 a été reporté au samedi 1er octobre 2022”, lit-on dans une communication du patron du secrétariat de la FKF. Lindah Oguttu aux clubs.

Mais d’après les résolutions adoptées lors de la réunion d’hier du KPL Caucus qui s’est tenue à l’hôtel Park Inn à Westlands, Nairobi, la confusion dans le football kenyan devrait prendre plus de temps.

Les clubs et les équipes nationales (Harambee Stars et Harambee Starlets) ressentant déjà les effets de la suspension de la Fifa après avoir été exclus des compétitions internationales, les équipes de Premier League ont décidé de ne participer à aucune ligue non autorisée.

Tusker est l’une des victimes car ils ont été empêchés de participer à la Ligue des champions de la CAF malgré leur victoire en championnat national la saison dernière.

La FKF Premier League n’est toujours pas reconnue après que l’instance dirigeante du football mondial a suspendu le Kenya de toutes les activités internationales de football le 24 février, invoquant l’ingérence du gouvernement.

La réunion qui était présidée par le PDG de Gor Mahia, Raymond Oruo, avec 16 représentants des clubs de Premier League présents et deux absents avec excuses, avait été convoquée pour discuter de l’état actuel du football kenyan et de la position des 18 clubs de haut vol comme ils anticipent. le fonctionnement normal du football dans le pays conformément aux directives émises par la Fifa.

“A partir de cette réunion et après consultations, nous avons décidé à l’unanimité en tant que clubs de la Premier League kenyane que nous ne participerons à aucune compétition qui ne soit pas reconnue et sanctionnée par la Fifa. C’est parce que c’est vraiment une perte d’investissement et de temps et avec très peu de retour », a déclaré Oruo.

« Il a été constaté que nos équipes et par extension nos joueurs, bancs techniques et officiels ont beaucoup souffert avec la suspension de la Fifa que connaît le pays depuis février 2022.

« Les équipes ont beaucoup investi la saison dernière mais avec très peu de retour. On a commencé la saison 2021/2022 avec la FKF puis on est venu en comité de transition, on a continué avec la ligue et puis la saison s’est terminée avec Tusker comme champion. Nous nous attendions à ce que Tusker joue en Ligue des champions de la CAF, mais cela ne s’est pas produit.”

Patrick Korir, PDG des Nairobi City Stars (L) Raymond Oruo, PDG du Gor Mahia FC, lors d’un point de presse dans un hôtel de Nairobi le 21 septembre 2022. (Kelly Ayodi, par défaut)

Victor Bwibo de l’AFC Leopards, Jecton Obure de Mathare United, Patrick Korir (Nairobi City Stars), Chris Oguso (Kenya Police), Jimmy Ambajo (Sofapaka), Lynda Ambiyo (Kariobangi Sharks) et Geoffrey Misango (Bidco United) sont quelques-uns des PDG. qui a honoré la réunion.

Tusker, Wazito et Vihiga Bullets étaient respectivement représentés par Sam Nzau, Collins Dave et Collins Juma.

Bandari et Ulinzi Stars étaient absents avec des excuses, tandis que Talanta et Posta Rangers dont les officiels sont actuellement à Kericho pour les matchs du KECOSO, Kakamega Homeboyz et KCB étaient tous représentés par des procurations.

Selon le secrétaire du KPL Caucus, Patrick Korir, la valeur de la ligue kenyane a été dépréciée. Il a averti que si des mesures drastiques ne sont pas prises, les clubs commenceront à se replier.

“Beaucoup d’équipes ont perdu leur parrainage à cause de la confusion qui règne et un certain nombre d’entre elles ont changé leurs politiques de transfert en optant pour des joueurs beaucoup plus jeunes et moins chers. C’est parce qu’ils n’ont plus de garanties de financement pour s’offrir les joueurs expérimentés », a déclaré Korir.

“Il n’y a aucune valeur dans la ligue parce que les petites choses qui y ajoutaient de la valeur comme les récompenses mensuelles des joueurs n’existent plus. Donc, cela affecte les clubs de manière très importante.”

Il a poursuivi: “Beaucoup de choses ont été mal faites la saison dernière et les clubs ont maintenant réalisé que ce qui se passe nous affecte tous. Nous sommes dans un bourbier, et si cela continue sans contrôle, vous verrez beaucoup de clubs se replier. Nous avons déjà vu un club s’éloigner de Nairobi, et ils ont de la chance que quelqu’un l’ait acheté ; ce club était sur son lit de mort à cause de ce qui se passait.

“En tant que clubs, nous disons, nous ne voulons pas qu’un club de plus meure, nous voulons jouer non seulement dans une ligue, mais dans une vraie ligue. Tusker a remporté la ligue, mais pourquoi est-ce qu’ils ne peuvent pas aller jouer dans la compétition continentale. Oui, ils sont champions ici, mais d’un autre côté ils ne sont pas champions parce que les champions jouent en continentale.”

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.