La Premier League revient : Derbies, limogeages, mauvais pronostics et nouveaux managers

La Premier League revient : Derbies, limogeages, mauvais pronostics et nouveaux managers

Spread the love

La Premier League est de retour en force ce week-end après la trêve internationale avec un derby du nord de Londres samedi, un derby de Manchester dimanche et un derby des East Midlands lundi, tandis que les quatre dernières équipes s’affrontent et qu’il y a d’abord Premier League jeux en charge pour les nouveaux managers de Chelsea et Brighton & Hove Albion.

L’Athlétisme les écrivains donnent leur verdict sur ce qu’ils ont vu jusqu’à présent et sur ce à quoi nous pouvons nous attendre pendant la course mouvementée vers la pause de la Coupe du monde en novembre.


Quelle prédiction de pré-saison reconsidérez-vous déjà?

Olivier Kay : Ayant commis l’erreur de sous-estimer Liverpool la saison dernière, je les ai peut-être surestimés cette fois. C’est le début et je m’attends à ce que les performances et les résultats s’améliorent maintenant que leurs problèmes de blessures s’atténuent, mais ce n’est pas un début convaincant.

Carl Anka : Je ne suis pas à 100% sur le trio relégué. La conclusion simple est que les clubs promus redescendent mais Fulham s’améliore petit à petit. Aleksandar Mitrovic : Je vous dois des excuses.

Dominique Fifield : Probablement la probabilité que Fulham ait du mal, même si je voudrais toujours réserver mon jugement jusqu’à la pause pour la Coupe du monde. Sinon, peut-être le niveau d’intrigue que j’ai épinglé sur les ajustements tactiques que Thomas Tuchel pourrait mettre en œuvre à Chelsea ? Cela a rapidement pris une autre direction.

Philippe Buckingham : Brentford serait vulnérable à un effondrement de la deuxième saison. Aucun signe de cela et les cachettes qu’ils ont distribuées à Manchester United et à Leeds United ont rappelé qu’ils sont toujours très amusants à regarder.

Nick Miller : Celui sur Fulham étant terrible n’a pas l’air trop chaud pour le moment, mais le vrai puant était l’idée qu’il faudrait un certain temps à Erling Haaland et à Manchester City pour s’habituer l’un à l’autre. Ils allaient bien, comme il s’avère.

Mitrovic


Mitrovic – et Fulham – commencent à faire taire leurs sceptiques en Premier League (Photo : Eddie Keogh/Getty Images)

C’est le derby du nord de Londres samedi. Selon vous, qui finira mieux cette saison, Arsenal ou Spurs ?

Olivier Kay : Désolé, mais je vais truquer ça. Les Spurs ont terminé deux points de plus la saison dernière et un point de plus l’année précédente. Ils ressemblent à une meilleure équipe cette saison, mais Arsenal aussi. Quel que soit le résultat de ce week-end, ce sera à nouveau au coude à coude.

Carl Anka : C’est le meilleur que j’ai vu d’Arsenal depuis un moment, mais ils ont l’impression d’avoir déjà atteint leur plafond. Les Spurs ne jouent pas très bien, mais continuent de marquer des points. Avantage Conté.

Dominique Fifield : Arsenal a été si impressionnant à ce jour, porté par une vague d’optimisme et pas peu de qualité, mais des matches plus difficiles nous attendent. Les Spurs sont invaincus et pourtant ils n’ont probablement tiré que par à-coups. En fin de compte, ils peuvent être légèrement mieux équipés pour terminer plus haut.

Philippe Buckingham : Tottenham, juste. C’est un vote principalement pour Antonio Conte sur Mikel Arteta et le danger que tous ces jeudis soirs en Ligue Europa finissent par rattraper Arsenal.

Nick Miller : Éperons. C’est plutôt agréable de voir les fans d’Arsenal s’amuser après des années de frustration et de dégoût de soi, mais il y a quelque chose d’inévitable à propos de Conte.


Qu’est-ce qui vous a le plus surpris à Manchester United sous Erik ten Hag ?

Olivier Kay : J’ai été surpris de voir à quel point ils étaient horribles pour les deux premiers matchs. Beaucoup moins surpris par leur amélioration ultérieure. En termes de style, ils ne semblent pas vraiment très différents de la saison 2020-21 sous Ole Gunnar Solskjaer, mais cette évolution devrait être plus facile maintenant que les résultats se sont stabilisés.

Carl Anka : La rapidité avec laquelle il a remédié aux situations potentielles de Harry Maguire et Cristiano Ronaldo. Une défaite à Brentford aurait pu le condamner, mais maintenant il est assez confiant pour faire des blagues lors de conférences de presse.

Dominique Fifield : Sa capacité à faire le point et à monter une reprise des omnishambles qui était de son côté à Brentford. Et de laisser Ronaldo sur le banc.

Philippe Buckingham : Ils peuvent réellement défendre. C’était dans un doute après Brighton et Brentford, mais ces victoires acharnées à Leicester City et Southampton étaient une approbation de ce que Ten Hag tente de construire. La taille de Lisandro Martinez ne semble plus tout à fait le même souci.

Nick Miller : La vitesse à laquelle ils sont passés du chaos absolu, des profondeurs du désespoir, d’une catastrophe existentielle à “Oh, en fait, ça a l’air bien” a provoqué un coup de fouet.

Diable rouge, Erik ten Hag


Manchester United de Ten Hag s’est rapidement remis de son humiliation précoce à Brentford (Photo : Robbie Jay Barratt/ AMA/Getty Images)

Qui a le plus à craindre, Liverpool ou Chelsea ?

Olivier Kay : Bonnes questions. Ce sont deux préoccupations très différentes. Les questions à Chelsea sont de savoir s’il y a une vision claire du sommet du club. Si oui, la nomination de Graham Potter et l’activité de transfert estivale sont-elles compatibles avec celle-ci ? À Liverpool, il s’agit davantage d’une équipe qui vieillit et qui réussit, et comment la redynamiser à long terme sans souffrir à court terme. Mais ma réponse ? Chelsea.

Carl Anka : Les deux équipes iront bien et finiront dans les quatre premières. Les retours de Fabinho et Thiago devraient signifier que Liverpool s’améliore. Chelsea a une équipe talentueuse.

Dominique Fifield : « L’inquiétude » est toute relative. Je soupçonne que les deux clubs se rallieront et apparaîtront dans une santé beaucoup plus grossière à la mi-novembre, mais en termes d’inconnues, Chelsea est une histoire en développement sous un nouveau propriétaire.

Philippe Buckingham : Sans aucun doute Chelsea après un été éparpillé. Trop de changements sont survenus trop rapidement sous les nouveaux propriétaires, même si Potter est une nomination intelligente en tant qu’entraîneur-chef. Liverpool peut s’attendre à plus une fois la blessure atténuée.

Nick Miller : Il est tentant de dire que Liverpool ira bien quand ils retrouveront leur milieu de terrain, mais leur léthargie semble s’étendre au-delà des problèmes de blessures. Cela dit, la réponse est Chelsea, surtout s’ils s’attendent à ce que Potter les découvre rapidement.


Les quatre derniers – Wolverhampton Wanderers contre West Ham United et Nottingham Forest contre Leicester – s’affrontent ce week-end. Quel manager pensez-vous quitter en premier ?

Olivier Kay : Ridiculement, Steve Cooper. Ce n’est pas une réflexion sur lui. C’est une réflexion sur le propriétaire qui a supervisé un roulement drastique des joueurs et des managers. Embaucher Cooper est l’une des rares grandes décisions qu’Evangelos Marinakis a prises à Forest au cours des cinq dernières années. J’espère qu’il ne perdra pas cela de vue, mais je crains qu’il ne le fasse.

Carl Anka : Vous avez l’impression que Brendan Rodgers est toujours le manager de Leicester car il serait trop coûteux de le remplacer par un manager capable de les réparer. Quel club n’est pas là où il doit être autre a de l’argent dans sa poche arrière pour que quelqu’un le répare ? Désolé Steve Cooper.

Dominique Fifield : La logique suggère que ce serait Rodgers, en particulier si le derby des East Midlands de lundi est perdu. Mais l’approche sauvage de la propriété de Forest doit inquiéter Cooper en privé.

Philippe Buckingham : Celui qui perd Forest et Leicester lundi. Aussi ridicule que cela puisse paraître après tout ce qu’il a accompli la saison dernière, Cooper ne comptera pas sur la patience de Marinakis si ce match entraîne une cinquième défaite consécutive.

Nick Miller : Probablement le perdant entre Forest et Leicester lundi, plus probablement Forest. Mais il est intéressant de noter que Bruno Lage ne semble pas sous pression immédiate : ils ne sont pas bons depuis un moment maintenant et comptent désormais sur un Diego Costa semi-fossilisé pour les buts.

Forêt de Nottingham


Cooper’s Forest a perdu cinq de ses sept premiers dans l’élite (Photo : Marc Atkins/Getty Images)

À quoi ressembleront les six premiers à la pause hivernale de la Coupe du monde ?

Olivier Kay : Manchester City, Arsenal, Tottenham, Manchester United, Liverpool, Chelsea. Pour être clair, ce n’est pas ma prédiction de fin de saison.

Carl Anka : Manchester City, Tottenham, Liverpool, Arsenal, Chelsea, Manchester United.

Dominique Fifield : Manchester City, Tottenham, Liverpool, Arsenal, Chelsea, Manchester United.

Philippe Buckingham : Manchester City, Tottenham, Arsenal, Liverpool, Manchester United, Chelsea.

Nick Miller : Manchester City, Arsenal, Tottenham, Liverpool, Manchester United, Newcastle.

Et les trois derniers ?

Olivier Kay : Je m’en tiens à ma prédiction précédente de Forest et, malgré leur début encourageant, de Bournemouth. Suis-je prêt à être plus gentil avec Southampton ? Peut-être, oui, mais je ne sais pas par laquelle des huit autres équipes les remplacer.

Carl Anka : Une équipe (désolé mais je me débrouille), Bournemouth et Forest.

Dominique Fifield : Southampton, Bournemouth, Forêt.

Philippe Buckingham : Leicester, Bournemouth, Forêt.

Nick Miller : Loups, Bournemouth, Forêt.


Sur quel joueur n’avons-nous eu qu’un aperçu et que vous avez hâte d’en savoir plus ?

Olivier Kay : J’aime beaucoup le look de Joao Palinha à Fulham. De même, Alexander Isak à Newcastle mais nous devrons peut-être attendre quelques semaines maintenant.

Carl Anka : Darwin Nunez. Donnez-lui trois 90 minutes d’affilée où il n’a vraiment à se préoccuper que du dernier tiers. J’essaie de voir quelque chose.

Dominique Fifield : Michel Olise. Il n’a commencé qu’un seul match de Premier League cette saison mais, après s’être remis d’une fracture du pied, l’attaquant devrait désormais se voir offrir du temps de jeu pour maintenir les progrès de la saison dernière.

Philippe Buckingham : Eh bien, nous ne l’avons pas encore vu du tout, mais essayez de me dire que vous ne voulez pas revoir Diego Costa en Premier League… même s’il a 34 ans la semaine prochaine, ce sera un retour qui vaut la peine d’être écouté.

Nick Miller : Darwin Nunez, quand il obtient une bonne course. De plus, je veux vraiment voir comment Keane Lewis-Potter s’en sort, ayant été utilisé judicieusement par Brentford jusqu’à présent.


Le départ de Darin Nunez à Liverpool a été interrompu par un carton rouge contre Crystal Palace (Photo : Robbie Jay Barratt – AMA/Getty Images)

La seule chose qui va certainement se produire dans les prochaines semaines est…

Olivier Kay : Brighton a un début de vie très difficile sous Roberto De Zerbi, avec des matchs contre Liverpool, Tottenham, Manchester City et Chelsea au cours du mois. La nature très médiatisée de ces matchs signifie qu’il y aura une ruée vers lui pour le juger. Il ne devrait pas y en avoir.

Carl Anka : Mauricio Pochettino est lié au travail d’Aston Villa.

Dominique Fifield : Olise va se fracturer un autre os du pied… non, allons-y : un titulaire sûr de l’Angleterre au Qatar subira une blessure intempestive pour mettre son tournoi en péril. Et ce ne sera pas Harry Maguire.

Philippe Buckingham : Costa sera expulsé pour ses débuts avec les Wolves.

Nick Miller : Forest trouvera en quelque sorte un moyen de signer un autre joueur.

(Photos du haut : Getty Images)

.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *