Bundesliga : comment chaque équipe joue-t-elle ?

Bundesliga : comment chaque équipe joue-t-elle ?

Spread the love

Vous avez peut-être vos propres idées sur la façon dont chaque équipe de Bundesliga joue au football cette saison, mais que disent les données ?


En regardant les styles d’équipe de toutes les équipes de Bundesliga, Arminia Bielefeld est l’une des premières équipes qui se démarquent. Ils “cassent” pratiquement le graphique ci-dessous, avec l’écusson de leur club niché juste à côté de l’étiquette “rapide et direct” en haut à gauche du graphique.

Aucune autre équipe ne joue aussi directement qu’Arminia, faisant progresser le ballon vers le haut à 2,0 m/s, tout en utilisant si peu de passes par séquence (2,3 en moyenne). Ce style de jeu commence par l’arrière avec le gardien Stefan Ortega Moreno. Il a joué 583 longs ballons cette saison, dont 280 ont trouvé un coéquipier. Seul Manuel Riemann de Bochum a pompé plus de balles longues (341 sur 726) que lui. 215 des passes d’Ortega Moreno ont été jouées dans le dernier tiers du terrain, montrant son désir d’aller loin, seul l’arrière latéral de Cologne Benno Schmitz jouant plus (218) sur tous les joueurs de la ligue.

Stefan Ortega Moreno sur les buts 2021-22

Avec cette approche, il va de soi que les attaquants d’Arminia Bielefeld vont devoir disputer beaucoup de ballons en l’air. En effet, de tous les joueurs de Bundesliga avec au moins 450 minutes jouées cette saison, aucun joueur n’a disputé autant de sauts en 90 minutes que les attaquants du DSC Janni Serra (13,6) et Fabian Klos (13,3). Avec 6,4 sauts remportés toutes les 90 minutes, Klos est également en tête du championnat (min. 450 minutes).

Un contraste avec le style de jeu de Bielefeld se voit dans les équipes classées première et deuxième du classement de la Bundesliga. Aucune équipe du championnat n’avance le ballon plus lentement que le Borussia Dortmund cette saison (1,45 m/s). Dortmund joue 51% de ses passes dans sa propre moitié de terrain et seulement 31% de ses passes vers l’avant – seul le Bayern a en moyenne un pourcentage inférieur de passes vers l’avant (30%). Le Bayern est également la seule équipe qui joue plus de passes par séquence (4,05) que Dortmund (3,97). Les deux équipes visent à dominer le ballon et à rester patients en possession.

Cependant, si l’on ne regarde que les six derniers matchs, une autre équipe émerge dans cette catégorie : le RB Leipzig.

Le style de jeu change depuis le changement d'entraîneur de Leipzig

Depuis que Domenico Tedesco a succédé à Jesse Marsch en tant qu’entraîneur du RB Leipzig lors de la 15e journée, le style de jeu de Leipzig a considérablement changé.

Alors que RB jouait dans un style beaucoup plus direct sous leur ancien entraîneur (36% des passes jouées vers l’avant), les Saxons se concentrent désormais sur le contrôle et restent patients en possession jusqu’à ce qu’un espace s’ouvre dans la défense adverse. Ils ne jouent que 30% de leurs passes vers l’avant. Au cours des six matchs de Tedesco jusqu’à présent, Leipzig a enregistré en moyenne 615 passes par match, soit plus de 100 de plus (499) que lors des 14 matchs de championnat précédents cette saison. De plus, ce sont en moyenne 18 séquences impliquant plus de 10 passes par match sous l’entraîneur germano-italien, soit le double de Marsch.

Depuis le changement de pirogue, les 4,3 passes par séquence de Leipzig sont les plus importantes de la ligue sur cette période, tandis que seul le Bayern (29%) a joué une proportion inférieure de ses passes vers l’avant que le RB (30%).

Sans possession du ballon, Leipzig ne poursuit pas ses adversaires aussi agressivement sous Tedesco que sous Marsch. Lors de leurs 14 premiers matchs de la campagne, ils ont enregistré en moyenne 11,4 chiffres d’affaires élevés par match, contre seulement 9,8 sous Tedesco. Malgré cela, leur pressing compact au milieu du terrain s’est considérablement amélioré, Leipzig réussissant à récupérer le ballon plus près du but adverse sous Tedesco (à 44,2 mètres de son propre but en moyenne, seuls Mayence à 44,3 m et le Bayern à 48,2 m l’emportent). dos plus haut) qu’avant (44).

Après avoir remporté le ballon, RB peut décider de s’assurer la possession ou de sauter rapidement en avant. Depuis son changement d’entraîneur, Leipzig a lancé 12 attaques directes – des séquences de jeu ouvertes qui commencent dans la moitié de terrain de l’équipe et ont au moins 50% de mouvement vers le but adverse et se terminent par un tir ou une touche dans la surface adverse – ce qui est suffisant pour seulement cinquième plus dans la ligue. Pourtant, quatre d’entre eux ont abouti à un but (33%), aucune autre équipe n’en réussissant plus sur cette période. Seuls les prochains adversaires du Bayern ont marqué aussi souvent sur des attaques directes (4 sur 17) en Bundesliga.

La nouvelle approche de Leipzig a porté ses fruits, RB récoltant 13 points – 42% de son total de points cette saison – sous Tedesco. Seul le Bayern (15) a gagné plus de points depuis sa nomination.

Comparaison des styles d'équipe 2021-22 à la saison dernière

Le 1. FC Köln est une autre équipe qui a non seulement bénéficié d’un changement d’entraîneur mais qui a également connu un fort changement de philosophie. Sous Steffen Baumgart, l’équipe de Cologne joue désormais à un rythme considérablement plus rapide que la saison dernière tandis que son nombre de passes par séquence est resté constant.

Chiffre d'affaires élevé de Cologne 2021-22 BDL

Un grand domaine d’intérêt pour Cologne est pressant. En moyenne, ils n’accordent à l’adversaire que neuf passes avant de faire une action défensive (PPDA). Comparez cela à 2020-21, où ils avaient un PPDA de 15 et vous pouvez voir la différence. En conséquence, l’équipe de Baumgart commence ses attaques à 44 mètres de son propre but contre 40,1 mètres il y a une saison, alors qu’elle a forcé les troisièmes chiffres d’affaires les plus élevés parmi toutes les équipes de Bundesliga (198), un total qui n’est déjà pas loin de leur décompte. la saison dernière (223).

Le résultat final des attaques rapides de Köln est des centres tranchants dans la surface. Ils effectuent en moyenne 18 centres en jeu ouvert par match, ce qui se traduit par environ quatre tirs et demi par match. Au total, ces tirs de centres se sont élevés à 12,1 buts attendus alors que Cologne charge la surface. L’équipe de Steffen Baumgart est en tête du championnat dans chacune de ces trois catégories.

Ce jeu de croisement est associé à une finition prolifique dans les airs. Aucune équipe n’a réussi autant de tirs de la tête par match que Cologne (quatre), et aucune équipe n’a créé autant d’occasions de marquer (11 xG de la tête).

Cologne est en tête de toutes les équipes de Bundesliga en 2021-22 avec 12 buts de la tête. Au centre de cet effort se trouve Anthony Modeste qui a marqué neuf des 12 têtes de Cologne. En fait, Modeste a marqué plus de buts de la tête que presque toutes les équipes combinées cette saison. Seul le SC Fribourg (11) a éclipsé son total individuel.

Mettre en œuvre une philosophie n’est pas la tâche la plus facile pour un entraîneur, mais avec la confiance du conseil, tout est possible. Le manager de Hoffenheim, Sebastian Hoeneß, le prouve.

Lors de sa première campagne en Bundesliga, son équipe a faibli. Hoffenheim n’a créé que 1,5 accumulations par match (le nombre de séquences de jeu ouvertes avec plus de 10 passes se terminant par un tir ou au moins une touche dans la surface adverse), marquant seulement deux fois de telles attaques. Cette saison cependant, Hoffenheim crée deux attaques par match et mène la ligue avec cinq buts suite à de telles situations.

Hoeness a réussi à augmenter l’impact de son plan de match sur le terrain et Hoffenheim en récolte les fruits. Ils ont en moyenne trois touches de plus par match dans la surface adverse par rapport à la saison dernière, ainsi qu’un tir supplémentaire par match.

Bundesliga Sprints vs distance totale 2021-22

L’Union Berlin (118,3) est l’une des trois seules équipes à parcourir en moyenne plus de kilomètres par match qu’Hoffenheim. Comme le montre la matrice ci-dessus, le club de la capitale est une anomalie. Ils courent de loin le moins de sprints par match (202) et ont disputé 18 matchs, un sommet en championnat, au cours desquels ils ont fait moins de sprints que leurs adversaires, en remportant huit d’entre eux et en perdant trois (D7). L’équipe la plus âgée de la Bundesliga (un peu plus de 29 ans en moyenne) est incapable d’accélérer inutilement ou choisit judicieusement de ne pas le faire.

D’un autre côté, le FC Augsburg est la seule équipe parmi les cinq meilleures équipes de sprint de la ligue à ne pas se situer dans la moitié supérieure du tableau. Augsbourg a réalisé plus de sprints que ses adversaires en 15 matches, un sommet en championnat cette saison, récoltant une moyenne respectable de 1,3 point par match lors de ces matches. Cependant, les problèmes surviennent lorsque Augsbourg exécute moins de sprints que son adversaire, perdant sur les cinq instances.

Une autre équipe qui saute est l’Eintracht Francfort. Dans la Bundesliga de cette saison, Francfort a couru le deuxième plus grand nombre de kilomètres par match et le deuxième plus grand nombre de sprints par match, ce qui témoigne de son intensité et de sa durabilité. La forme physique est clairement payante pour eux aussi, car Francfort a marqué trois buts après la 90e minute, ce qui lui a valu cinq points, un sommet en championnat.

Le Bayer 04 Leverkusen a connu une campagne réussie en Bundesliga sous la direction du nouvel entraîneur Gerardo Seoane, occupant la troisième place du tableau avant son affrontement avec Dortmund, deuxième.

Sous la direction du Suisse, Leverkusen cherche à attirer ses adversaires avant de les frapper en contre grâce à la vitesse fulgurante de joueurs comme Jeremie Frimpong (sixième joueur de Bundesliga le plus rapide) et Mitchel Bakker, le huitième).

Ceci est aidé par le Werkself tirant sur tous les cylindres au début de chaque match. Le Bayer a marqué 12 buts, un sommet en championnat, au cours des 15 premières minutes des matchs. Du coup, seul le Bayern (55%) a passé plus de temps dans les positions gagnantes que le Bayer 04 (50%).

bip_at_game_state_22_2021 - BDL allemand

En moyenne, les adversaires de Leverkusen commencent leurs séquences à 43,9 m de leur propre but, soit le deuxième chiffre le plus élevé de la ligue (Hertha 45,7 m). Cela laisse de la place à Leverkusen pour lancer des contre-attaques meurtrières. Jusqu’à présent cette saison, ils ont tiré 31 tirs stupéfiants à partir de contre-attaques, au moins 13 de plus que la meilleure équipe de Bundesliga suivante (Bayern 18). Au cours de la saison dernière, aucune équipe n’a réussi plus de 24 tirs sur des contre-attaques.

L’approche de Seoane a vu Leverkusen marquer 49 buts lors de ses 20 premiers matches de BL cette saison – un nouveau record de club à ce stade d’une campagne et à seulement quatre frappes de moins que leur total de toute la saison 2020-21.

Chiffre d'affaires élevé de Bayer contre 2021-22 BDL

Il y a bien sûr aussi un élément risqué dans ce style de jeu. Leverkusen a subi le deuxième chiffre d’affaires le plus élevé dans l’élite cette saison (211 – Hertha 212), le Werkself concédant 43 tirs, un sommet en championnat, après de telles situations. Après tout, Leverkusen a perdu 12 points par rapport aux positions gagnantes en 2021-22, gaspillant une avance de deux buts à trois reprises cette saison (D2 L1) – une fois de plus que lors des quatre campagnes précédentes combinées.


Apprécie ça? Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir du contenu hebdomadaire exclusif.

Leave a Comment

Your email address will not be published.