Bayern Munich sans égal, Dortmund meilleur des autres, Fribourg une agréable surprise

Bayern Munich sans égal, Dortmund meilleur des autres, Fribourg une agréable surprise

Spread the love

Il y a, bien sûr, un mot allemand pour tout, et avec le premier tour (la première moitié de la saison) maintenant dans les livres d’histoire, le commentateur principal d’ESPN en Bundesliga, Derek Rae, applique la règle sur les points de discussion et les surprises avant la pause.

Il y a eu un sentiment d’inévitabilité au cours des dernières semaines. Le Bayern Munich, malgré des absences importantes – en particulier la perte de Joshua Kimmich pour diverses raisons bien documentées liées au COVID – s’est éloigné du chasseur singulier, le Borussia Dortmund, pour réclamer le titre officieux championnat d’automne (championnat d’automne) pour la 25e fois. La mauvaise nouvelle pour les fans de Dortmund et des non-Bayern est que les Bavarois ont remporté le trophée du championnat 21 fois sur 24 à partir de cette position.

Le classique a eu lieu il y a à peine trois semaines et demie, mais le champion du recordL’avance au sommet est passée d’un point juste avant à neuf points maintenant, alors que le football allemand, conformément aux traditions de vacances centrées sur la famille du pays, s’éteint jusqu’au 7 janvier.

Beaucoup d’opprobres ont été accumulés en direction de Dortmund, mais une grande partie, je pense, est trop dure.

– Guide ESPN +: LaLiga, Bundesliga, MLS, FA Cup, plus (États-Unis)
– Diffusez ESPN FC Daily sur ESPN + (États-Unis uniquement)
– Vous n’avez pas ESPN ? Accéder immédiatement

Oui, cinq défaites pour l’équipe de Marco Rose, c’est un peu trop et leur bilan à l’extérieur montre un bilan négatif avec plus de défaites que de victoires, mais 11 victoires sur 17, c’est à peu près normal pour un Dortmund. premier tour. L’équipe dans sa forme actuelle n’est pas exceptionnelle, avec une confiance excessive dans les qualités individuelles de l’autre monde Erling Haaland, du toujours chic Marco Reus et du précoce Jude Bellingham. Au-delà de ce trio, il y a plusieurs bosseurs et il y a eu trop de blessures pour que BVB ait une chance réaliste d’affronter le Bayern pendant une demi-saison.

Le Bayern sous Julian Nagelsmann a surtout été “Bayern-like” – une expression qui est entrée dans la langue allemande sous cette forme précise. Certes, il y a eu des ratés contre l’Eintracht Francfort et le FC Augsbourg, et nous ne devrions pas passer sous silence une DFB déchirante. -Soirée Pokal quand tout a mal tourné inexplicablement au Borussia Mönchengladbach. Pourtant, Nagelsmann a été un colosse pendant son court passage au club.

Sa vision tactique verticale et basée sur la possession pour le Bayern est parfaitement adaptée, et bien que jeune pour un entraîneur à 34 ans, incarne ce que les Allemands appellent “compétences sociales.” Il y a une facilité de conversation à son sujet, et avec des personnalités comme Uli Hoeness et Karl-Heinz Rummenigge ayant quitté leurs postes de direction, Nagelsmann est devenu le visage public sympathique et intéressant du Bayern, plutôt que le nouveau PDG Oliver Kahn ou le directeur sportif Hasan. Salihamidzic.

Sur le terrain des champions, Robert Lewandowski a établi un nouveau record de buts en Bundesliga sur une année civile (43), Thomas Muller est sur le point d’enregistrer des passes décisives comme personne auparavant (13 jusqu’à présent) tandis que Serge Gnabry et Leroy Sane ont frappé de nombreuses notes élevées – Sane après avoir entendu les huées de certains fans locaux au début de la saison. Je reste convaincu qu’en Jamal Musiala, nous observons un talent unique en son genre, et Nagelsmann l’a utilisé à bon escient.

Que le SC Freiburg soit troisième devrait être un motif de réjouissance. Si une équipe provinciale comparable avec des ressources limitées occupait une position aussi élevée, disons en Angleterre, nous en entendrions sans doute parler comme une mesure de la grandeur de la ligue. Le manager Christian Streich est sur le point de fêter ses 10 ans à la tête du club, et son empreinte est partout. L’homme vedette est le défenseur de 22 ans Nico Schlotterbeck, qui a déjà été appelé par l’Allemagne. Sa première sélection ne doit pas être loin.

La fondation est solide. Fribourg a un gardien excellent et polyvalent en la personne du Néerlandais Mark Flekken, un capitaine courageux en Christian Gunter, qui jette son corps de manière désintéressée de haut en bas sur le flanc gauche, et un héros méconnu du milieu de terrain de longue date Nicolas Hofler.

Le flair et l’imagination viennent souvent de Vincenzo Grifo, qui a couronné son premier tour exploits avec un penalty de Panenka lors de la victoire méritée 2-1 contre le Bayer Leverkusen dimanche.

Leverkusen, soutenu par la jeunesse et un excellent entraîneur à Gerardo Seoane, reste l’une des équipes les plus regardables de la Bundesliga, mais un peu comme Dortmund, la défense bancale est connue pour les laisser tomber. Ce n’est peut-être pas un choc si le match le plus divertissant de la saison jusqu’à présent a été la défaite 4-3 qu’ils ont subie aux mains du BVB en septembre. En Patrik Schick (16 buts), le club d’entreprise a un attaquant qui semble de plus en plus complet à chaque saison qui passe.

Leverkusen et le TSG Hoffenheim, quatrième et cinquième, sont à peu près là où j’imaginais qu’ils seraient et devraient être avant qu’un ballon ne soit botté. Je ne m’attendais pas à ce que Francfort soit sixième compte tenu de tous les changements sur et en dehors du terrain, mais c’est un hommage à l’entraîneur Oliver Glasner qu’ils ont trouvé un moyen, remportant six victoires lors de leurs sept derniers matches de Bundesliga et en tête de leur Europa League. groupe.

Je ne m’attendais pas non plus à ce que l’Union Berlin et le FC Cologne soient respectivement septième et huitième. Habilement entraînés par Urs Fischer et Steffen Baumgart, ce sont des équipes bien équilibrées qui comprennent leurs forces et leurs faiblesses inhérentes. Mentions spéciales pour les attaquants Taiwo Awoniyi et l’indémodable Anthony Modeste, qui connaît l’une de ses meilleures campagnes à l’âge de 33 ans.

Les mauvaises surprises ont été RB Leipzig, Gladbach et VfL Wolfsburg. Tous ont changé d’entraîneur cet été et des trois, seul Gladbach a soutenu leur homme.

Cette situation ne changera pas à court terme car Adi Hutter croit fermement en le chef sportif Max Eberl, et après tout, Hutter a eu des problèmes initiaux similaires dans son travail précédent avec l’Eintracht avant de guider le club vers une demi-finale européenne. Mais les deux prochains matchs sont contre le Bayern puis Leverkusen, et la dernière chose dont Eberl a besoin est une lutte prolongée contre la chute. Gladbach doit s’améliorer.

Wolfsburg – qui a perdu sept matches de compétition consécutifs – semble mal équipé pour une relégation, et Florian Kohfeldt, qui a succédé à Mark van Bommel (qui a été licencié après seulement 13 matchs), a du pain sur la planche.

Mayence et le VfL Bochum ont sans doute dépassé les attentes, mais ni l’un ni l’autre ne peuvent être totalement sûrs que ce ne sera finalement pas une bataille pour préserver leur statut de premier plan. Le Hertha Berlin doit également faire preuve de prudence, bien qu’il y ait eu un ou deux signes encourageants sous le nouvel entraîneur Tayfun Korkut, en particulier lors de la victoire du week-end contre Dortmund.

Augsbourg, le VfB Stuttgart et l’Arminia Bielefeld semblent pour le moment favoris pour concourir pour éviter la 17e place, ce qui entraîne une relégation automatique.

SpVgg Greuther Furth, d’autre part, est presque certainement en baisse, malgré une victoire choc sur Union récemment. L’écart est tout simplement trop important, en termes de points et de qualité. Au moins, ils sont maintenant sur la bonne voie pour battre le record de futilité de Tasmania Berlin en Bundesliga 1965-66 (deux victoires, quatre nuls, 28 défaites).

Merci d’avoir lu ces colonnes, et je vous souhaite, à vous et à votre famille bonnes fêtes et bonne année.

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.